par Bernadette Engel-Roux
poète, Bernadette Engel-Roux a publié des recueils aux éditions Cheyne, Babel, L’arrière-pays, Corlevour, Bois d’Orion. Elle a reçu le prix Louise Labé.

Silencieusement, comme se déplie la fleur, s’élance l’arbre, s’enivre l’oiseau, s’embrase l’étoile, s’exalte l’enfant, s’approfondit l’espace, ainsi s’ouvre le cœur aux vibrations de la présence. Silencieuse la main, de l’encre à l’huile, du papier à la toile, qui figure l’ouverture infinie. Ouvert est l’espace de Marjolaine Pigeon, poreux, vibrant, éclairé. Ouvert cet espace où est saisi l’instant tremblé de l’expérience exaltante, profonde, grave, où l’oiseau traverse le cœur embrasé de l’étoile, où l’enfant, prêt au bond, atteint la frange lumineuse du domaine, ou le cœur assemblé s’ouvre au don sans limite, où le voile offre en transparence la troublante certitude de la lumière. Que s’ouvre notre regard à cette contemplation.